la petite fabrique n°15
la petite fabrique n°15

« Éviter la guerre est l’œuvre de la politique, établir la paix est l’œuvre de l’éducation. » Maria Montessori

Lorsque nous avons placé ce numéro sous le signe de la paix, nous étions loin d’imaginer que la guerre ferait rage au moment de le boucler. Reconstruire la paix est une urgence absolue qui s’ajoute à l’urgence climatique. Ces catastrophes, qui nous touchent en plein cœur et peuvent nous donner un sentiment d’impuissance, mettent en lumière la nécessité d’une révolution éducative très profonde.
Si les pédagogies alternatives et la pédagogie par la nature nous inspirent tant dans
La petite fabrique, c’est qu’elles cherchent à développer ces qualités de coopération, d’empathie, de respect, d’écoute, et qu’elles visent à nourrir notre joie de vivre ensemble en accordant plus d’importance à ce qui nous unit qu’à ce qui nous divise.
La paix était bel et bien le cœur des préoccupations de Maria Montessori. « Dans la construction de la paix il n’est pas de petite chose et de petite échelle, lit-on dans la préface d’un de ses livres*. Ce qui se joue entre les femmes et les hommes, entre les enfants et les adultes, entre les enfants eux-mêmes, au niveau de la famille, de la classe, du quartier, se retrouve à l’échelle des rapports entre les nations. La tolérance, la capacité à reconnaître que l’autre est à la fois semblable à moi et digne des mêmes égards, et en même temps radicalement diff érent et digne du même respect, se pose à l’échelle des rapports interindividuels comme à l’échelle des rapports entre les civilisations et les religions. Il n’y a pas de petite échelle pour apprendre l’harmonie, il n’y a pas de petite échelle pour apprendre la tolérance. »

Agathe et Nadège

* L’Éducation et La Paix, Maria Montessori,
préface de Pierre Calame, Desclée de Brouwer, 2001