| Publié le 7 mars 2022 -

Pour une génération plus ouverte, plus inclusive… plus humaine.

Pour une génération plus ouverte, plus inclusive… plus humaine.

« À travers mes affiches, j’ai envie d’offrir mon soutien aux enfants qui grandissent pour que la prochaine génération soit plus ouverte, plus inclusive, plus tolérante, plus humaine en fait. » Elise Gravel, illustratrice.

Élise habite à Montréal avec ses deux filles, son mari, ses chats et quelques araignées. Curieuse de tout, elle est en effet attirée par tout ce qui est étrange, différent, rigolo. Illustratrice très célèbre au Canada, elle est très engagée sur de nombreux sujets de société. Elle mène un travail remarqué de sensibilisation et de vulgarisation de sujets complexes, et parfois tabous auprès des enfants, récompensé au Québec par le prix Droits et Libertés en 2019.

Ses illustrations permettent de déconstruire les préjugés avant même qu’ils ne s’installent chez les enfants. Mises à disposition gratuitement sur son site Internet, ses affiches se partagent de manière virale et tapissent les murs d’écoles au Québec.

Les affiches ci-contre rappellent que tous les goûts et toutes les émotions sont pour tout le monde. Son livre Tu peux, est également à télécharger gratuitement sur son blog.

Élise a créé l’affiche “Les filles peuvent être” pour faire comprendre à ses filles que les messages que leur envoyait la société n’était pas vrai et « qu’elles n’étaient pas obligées, en tant que filles, d’être toujours douces, discrètes, bien mises, tranquilles, et qu’elles avaient le droit, comme les garçons, d’être en colère, de s’exprimer fort, de se salir en jouant, de mener le jeu, etc. » Les réactions enthousiastes l’ont conduite à créer une version pour les garçons. « Je vis dans une société très ouverte et progressiste. Je suis féministe et j’ai élevé mes filles en leur partageant mes valeurs, et je les vois quand même revenir à la maison avec des idées que je trouve aberrantes. Elles utilisent encore parfois, sans s’en rendre compte, des expressions comme “c’est un livre pour les garçons” ou “Mathias est comme une fille, il joue à la poupée”. Si mes enfants sont perméables à ce genre d’idées, il est certain que des tas d’enfants le sont beaucoup plus. Ces vieilles conceptions sur la féminité et la masculinité ont la couenne dure ! »

(source : terrafemina.com)

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
inscription newsletter

Restez au courant de l'actualité de
la petite fabrique